Mistery

On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en partant. Moi je l'ai reconnu quand L est entrée dans ma vie.

14 août 2008

La mécanique du coeur de Mathias Malzieu

J'ai beaucoup aimé ce livre. C'est un conte un peu spécial, féérique, poétique, burlesque...Mais c'est aussi une belle réflexion sur la passion amoureuse et le rejet de la différence (comme le dit très bien le résumé du livre). C'est l'histoire de Jack qui naît le jour le plus froid du monde si bien que son coeur reste gelé. Pour le sauver, la sage-femme un peu sorcière, lui met une horloge à la place du coeur et pour vivre Jack devra éviter toute charge émotionnelle. Mais un jour, il croise la petite chanteuse qui lui fera tourner la tête et mettra son horloge-coeur à rude épreuve.

J'ai relevé beaucoup de citations dans ce livre soit parce que je les trouvais belles, soit parce qu'elles me parlaient plus particulièrement. Je vais les mettre ici plutôt que de les garder secrètement sur ma petite feuille cachée à l'intérieur du livre.

1. Ses larmes glacées ont rebondi sur le sol telles les perles d'un collier cassé.

2. Au détour d'une ruelle une musique retentit, aussi malicieuse et mélancolique que des étincelles harmonisées. Cette mélodie me bouleverse; j'ai l'impression qu'il pleut et qu'il fait soleil en même temps partout en moi.

3. Une sensation de chaleur m'envahit. Le manège de la petite chanteuse me fait peur, mais je meurs d'envie d'y monter.

4. Imperceptiblement, je me laisse tomber amoureux. Perceptiblement, aussi. A l'intérieur de mon horloge c'est le jour le plus chaud du monde.

5. Tout le plaisir et toute la joie que l'amour peut faire ressentir se paient un jour ou l'autre en souffrances. Et plus on aime fort, plus la douleur à venir sera décuplée. Tu connaîtras le manque, puis les affres de la jalousie, de l'incompréhension, la sensation de rejet et d'injustice. Tu auras froid jusque dans tes os, et ton sang fera des glaçons que tu sentiras passer sous ta peau. La mécanique de ton coeur explosera. Je t'ai moi-même greffé cette horloge, je connais parfaitement les limites de son fonctionnement. Peut-être qu'elle résisterait à l'intensité du plaisir, et encore. Mais elle n'est pas assez solide pour supporter le chagrin amoureux.

6. Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles. Deuxièmement, maîtrise ta colère. Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux. Car alors pour toujours à l'horloge de ton coeur la grande aiguille des heures transperçera ta peau, tes os imploseront, et la mécanique du coeur sera brisée de nouveau.

7. Mais l'horloge a beau être fragile, la petite chanteuse s'y est confortablement installée. Elle a déposé ses valises d'enclume dans tous les coins, pourtant je ne me suis jamais senti aussi léger que depuis que je l'ai rencontrée.

8. Mon sang pétille, je jubile. Une poussée de joie pure. Mon rêve gonfle comme une pâtisserie au four, je crois qu'il est prêt pour son passage à la réalité.

9. Il y a quelques heures à peine, je prenais mon coeur pour un navire capable d'éventrer un océan de réprobations. Je savais qu'il n'était pas le plus solide du monde, mais je croyais au pouvoir de mon enthousiasme. Je brûlais d'une joie si intense à l'idée de retrouver la petite chanteuse que rien n'aurait pu m'arrêter. En cinq minuts à peine, Joe vient de remettre mon horloge à l'heure de la réalité, changeant mon vibrant galion en un vieux rafiot déglingué.

10. Le chagrin amoureux peut transformer les gens en monstres de tristesse.

11. Quand les adultes s'en mêlent, un nouveau seuil de laideur est toujours franchi.

12. Mais lorsque j'ai vu la petite chanteuse pour la première fois, j'ai eu l'impression d'un tremblement de terre sous mon horloge. Les engrenages grinçaient, mon tic-tac s'accélérait. Je me suis mis à suffoquer, à m'emmêler les pinceaux, tout s'est déréglé.

13. Si tu as peur de te faire mal, tu augmentes les chances, justement, de te faire mal. Regarde les funambules, tu crois qu'ils pensent au fait qu'ils vont peut-être tomber lorsqu'ils marchent sur la corde raide ? Non, ils acceptent ce risque, et goûtent le plaisir que braver le danger leur procure. Si tu passes ta vie à faire attention de ne rien te casser, tu vas terriblement t'ennuyer, tu sais...Je ne connais rien de plus amusant que l'imprudence.

14. Ecoute-moi très attentivement: le seul truc, comme tu dis, qui te permettra de séduire la femme de tes rêves, c'est justement ton coeur. Pas celui en forme d'horloge que l'on t'a ajouté à ta naissance. Je te parle du vrai, celui d'en dessous, fait de chair et de sang, qui vibre. C'est avec celui-ci que tu dois travailler. Oublie tes problèmes de mécanique, ça leur donnera moins d'importance. Sois imprudent, et surtout donne, donne-toi sans compter !

15. Nous traversons la frontière espagnole arc-boutés sur nos planches à roulettes, un vent chaud s'engouffre en moi, changeant les aiguilles de mon coeur en ailes de moulin. Un moulin à moudre les graines du rêve pour fabriquer du vrai.

16. Je couve ce rêve depuis si longtemps ! Joe me l'a écrasé sur le crâne, j'en ai ramassé les morceaux. J'ai pris mon mal en patience, reconstituant mentalement cet oeuf plein d'images de la petite chanteuse. Le voilà au bord d'éclore et le trac me paralyse.

17. Repérer un flocon dans une tempête de neige serait plus aisé.

18. Tu as dans ton jeu une carte maîtresse, ton coeur. Tu penses que c'est une faiblesse, mais si tu prends le parti d'assumer cette fragilité, cette horloge-coeur te rendra spécial. Ta différence te rendra tellement séduisant !

19. Quantre ans que je fouille dans mes rêves et voilà qu'au bout de la course la réalité prend enfin le relais ! Je me sens comme un oisillon ayant le vertige le jour de son premier décollage. Le nid douillet de l'imagination se dérobe, il va falloir que je me lance dans le vide.

20. Je dois faire la queue comme tout le monde alors que je ne demande pas d'autographe, seulement la lune. Elle et moi lovés dans son croissant.

21. "Pardon pour cette intrusion. Depuis que je vous ai entendue chanter voilà quelques années, je n'ai eu qu'un rêve: vous retrouver. J'ai traversé la moitié de l'Espagne pour y parvenir. On m'a écrasé des oeufs sur le crâne et j'aurai pu me faire éventrer par un spécialiste de l'amour avec les mortes. Certes, je suis une sorte de handicapé du grand amour, et mon coeur de fortune n'est pas censé résister au tremblement de terre émotionnel que je ressens quand je vous vois, mais voilà, il bat pour vous". Voici ce que je bous de dire. Pourtant je reste plus silencieux qu'un orchestre de pierres tombales.

22. Le comble de la séduction c'est de lui donner l'illusion que tu n'es pas en train de la séduire.

23. J'ai l'impression que chaque mot prononcé sera d'une importance capitale; syllabe par syllabe, ils se décrochent avec difficulté; le poids du rêve que je porte se fait sentir.

24. C'est un oui minuscule, prononcé du bout du bec d'un oisillon, mais il résonne en moi comme une charge héroïque. Les frissons roses sont en marche, le son de mon tic-tac ressemble à celui d'un collier de perles roulant entre ses doigts. Je me sens invinciblement heureux.

25. Mais moi je veux sortir de mon enveloppe corporelle, projeter du soleil sur les murs et qu'elle le voit, que ça la réchauffe et lui donne envie de mes bras.

26. Même si j'aurai adoré lui avoir fait ne serait-ce qu'un peu d'effet, je ne suis pas mécontent qu'elle n'ai pas vu à quoi ressemble mon coeur. J'ai beau me rêver soleil de la nuit, la vieille Brigitte a réveillé mes vieux démons. La carapace de la tortue la plus solide du monde se ramollit parfois en pleine insomnie.

27. Je n'ai pas besoin de lunettes pour voir comme ton numéro est bien rodé. Je suppose que ton carnet de rendez-vous doit être un pavé en 12 volumes...Retrouveras-tu la page où tu as inscrit mon nom ?

28. Je viens d'embrasser la fille à langue d'oiseau et rien ne sera plus jamais comme avant. Mon horlogerie palpite tel un volcan impétueux. Pourtant ça ne me fait mal nulle part. Enfin si, quand même, j'ai un point de côté. Mais je me dis qu'après une telle ivresse de joie, ce n'est qu'un maigre prix à payer. Cette nuit, je vais grimper à la lune, m'installer dans le croissant comme dans un hamac et je n'aurai absolument pas besoin de dormir pour rêver.

28. Je ne peux plus me passer de sa présence; l'odeur de sa peau, le son de sa voix, ses petites façons d'être la fille la plus forte et la plus fragile du monde.

29. Je découvre l'étrange mécanique de son coeur. Elle fonctionne avec un système de coquille autoprotectrice liée à l'abyssal manque de confiance qui l'habite.

30. Le code d'entrée à son coeur change tous les soirs. Parfois la coquille est dure comme un roc. J'ai beau tenter milles combinaisons en forme de caresses et de mots réconfortants, je reste à la porte. Pourtant j'aime tant la faire craquer, cette coquille !

31. Mais lorsque la grande sensation amoureuse se confirme au-delà du premier éclair, elle débarque comme un paquebot dans une baignoire. Alors, on a besoin de place, de plus en plus de place...On a beau se délecter de la lune, on veut du soleil aussi.

32. J'aurai voulu prendre un peu plus de temps pour observer à loisir ses chevilles de poussin, pour remonter le long de ses mollets aérodynamiques jusqu'aux cailloux ambrés qui lui servent de genoux. Alors j'aurai longé ses cuisses entrouvertes pour me poser sur la plus douce des pistes d'atterrissage. Là, je me serais entraîné à devenir le plus grand caresseur-embrasseur du monde. A chaque fois qu'elle voudra rentrer chez elle, je lui ferai le coup. Blocage temporel, suivi d'un cours de langues pas étrangères. Alors, je redémarrerai le monde, elle se sentira toute chose et elle ne pourra résister à l'idée de passer encore quelques vraies minutes lumineuses au creux de mon lit. Et durant ces instants volés au temps, elle ne sera que pour moi.

33. Je l'effleure de toutes mes forces, elle m'est fleur de toutes les siennes.

34. La peur de la perdre et le mal de tête forment un maelström électrique que je ne contrôle plus. Je vais vomir de la braise, je la sens remonter l'oesophage, inonder mon cerveau. Court-circuit sous un crâne. Je prononce des mots terribles, des sentences définitives. Je voudrais aussitôt les rembobiner avec ma langue, mais le fiel fait déjà effet. Je sens les liens qui nous unissent claquer un à un. Je coule notre bateau à coups de phrases coupantes, il faut que j'arrête cette machine à cracher du ressentiment avant qu'il ne soit trop tard, mais je n'y arrive pas.

Posté par Mistery137 à 20:49 - Citations - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    De passage de blog en blog ...
    Trés bon choix Mathias Malzieu. Que ce soit a travers ses mots et sa musique il sait nous entrainer dans son univers bien particulier et féérique.
    Tu peux aussi lire "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi"

    Posté par Alf54, 05 avril 2009 à 11:29
  • C'est vrai que ses mots nous transportent. Je l'ai fait lire à plusieurs personnes de mon entourage, notamment ma copine et elle a apprécié autant que moi. Il faut croire que les grands rêveurs apprécient ce livre ,-).

    Merci à toi pour ton passage en tout cas.

    Posté par Mistery137, 05 avril 2009 à 15:44
  • super

    Posté par natuche, 20 septembre 2016 à 13:36

Poster un commentaire