Mistery

On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en partant. Moi je l'ai reconnu quand L est entrée dans ma vie.

06 mars 2011

Toujours ce manque

Cette après-midi, pour la première fois depuis longtemps, j'étais seule chez moi. J'ai dû partir plus tôt car L. mangeait avec ses parents ce midi. Et le moins que l'on puisse dire c'est que je me suis ennuyée sans elle. J'aime ces dimanche après-midi où l'on est juste ensemble, même si je sais que ce sont les derniers instants de nos week-end et qu'ils passent à une vitesse folle. J'aime cette façon particulière de nous dire au revoir, comme si l'on voulait repousser encore un peu l'arrivée de ce manque qui nous colle à la peau durant la semaine. Aujourd'hui, notre au revoir a été précipité, comme baclé, laissant un gout d'inachevé à ce week-end.

J'ai envie de la retrouver, de retrouver ses bras. Mais je vais devoir m'armer une nouvelle fois de patience, une grosse semaine de travail se présente à moi avant de pouvoir revivre le bonheur d'être avec celle que j'aime.

Et puisqu'hier elle m'a demandé pourquoi je restais avec elle, je lui répondrai tout simplement que c'est parce que c'est elle que j'aime, c'est elle que je veux, peu importe nos quelques divergences d'opinion, ce qui compte c'est l'amour qui nous unit et le bonheur qu'on éprouve en le vivant.

Posté par Mistery137 à 18:43 - Me, myself and I (et surtout beaucoup d'L) - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire