Mistery

On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en partant. Moi je l'ai reconnu quand L est entrée dans ma vie.

11 juin 2011

Grandir trop vite ?

Hier, une personne que je rencontrais pour la 1ère fois m'a fait une remarque qui m'a fait réfléchir. Durant l'entretien, on en est venu à parler de ma grand-mère et selon elle, cet accident m'a fait sauter une étape, passer de l'enfance à l'âge adulte sans passer par la case adolescence.

J'y pense encore aujourd'hui, à cet évènement, à ce qui s'est passé ensuite et en quoi ça a pu façonner ma personnalité.

Je me rappelle encore (et je m'en souviendrai sans doute toute ma vie) de cette journée. J'étais en 6ème, ma grand-mère devait venir me chercher, comme chaque midi. Je suis sortie du gymnase et je l'ai attendue. Au bout de 10 minutes, je sentais que quelque chose n'allait pas, elle n'était jamais en retard, elle aurait eu trop peur de me laisser attendre seule. Une heure plus tard, toujours personne. A cette époque, je n'avais pas de portable donc je ne pouvais joindre personne. Alors, je suis retournée au collège, je voulais utiliser leur téléphone. C'est la directrice qui m'a accueillie, elle m'a dit qu'il était arrivé quelque chose à ma grand-mère et qu'on allait venir me chercher. C'est ma tante qui est venue, elle m'a ensuite laissée avec mon grand-père. Je me souviens encore de ce qu'il avait cuisiné, des pâtes et un poisson cramé que je me suis forcée à manger car je ne voulais pas accentuer la peine que je lisais déjà dans ses yeux.

Il m'a fallu écouter aux portes pour savoir ce qui se passait. Ma grand-mère avait fait une rupture d'anévrisme, elle était dans le coma. Ma famille devait décider s'il fallait l'opérer ou pas sachant que l'opération était sa meilleure "chance" mais qu'elle avait aussi 1 chance sur mille d'y survivre.

Le jour de l'opération, j'étais retournée au collège. Il avait neigé et dans la cour tout le monde s'amusait à se lancer des boules de neige. Moi j'étais ailleurs, avec elle. Du haut de mes 11 ans, je culpabilisais. J'étais certaine que c'était de ma faute si elle en était là, j'avais peut-être été trop méchante, je lui en avais trop demandé... J'ai grandi avec cette culpabilité au fond de moi et même si maintenant je sais que je n'ai pas pu causer cette rupture d'anévrisme, il reste une part de moi qui ne se pardonne pas.

Par la suite, ma grand-mère ne pouvant plus s'occuper de nous, il a bien fallu qu'on se débrouille. Chaque semaine, c'était moi qui allait faire ses courses. Le midi, mon frère et moi sommes d'abord restés à la cantine et par la suite, c'était moi qui m'occupais de nous préparer à manger. Le soir, en rentrant, je m'installais de suite à table pour faire mes devoirs, jamais personne n'a eu à me demander de les faire. On m'a toujours décrite comme l'étudiante modèle et même, selon ma mère, la fille modèle. Toutes les conneries que l'on peut faire à l'adolescence, je ne les ai jamais faites. C'est bête mais il m'est arrivé de me dire que je ne voulais pas qu'une autre de mes conneries retombe sur un membre de ma famille. Ça m'est revenu en y repensant depuis hier, je ne sais pas trop comment j'en étais venue à penser ce genre de choses.

En tout cas, vu ainsi, c'est clair que je n'ai pas vraiment vécu mon adolescence, j'ai appris très vite à être responsable ou plutôt, ça s'est imposé à moi.

Peut-être que c'est cette construction personnelle qui fait que je suis aussi exigeante avec moi-même, que quoi que je fasse, je n'en suis jamais satisfaite. J'en arrive presque à me dire que cette part de moi qui ne s'est jamais pardonnée, me répète constamment que rien ne sera jamais assez bien pour compenser le mal que j'ai fait.

C'est peut-être aussi pour ça que je suis aussi intransigeante avec les autres parce que je ne me suis jamais autorisé à sortir du droit chemin alors pourquoi eux le pourraient ?

Et ben, ça fait beaucoup de réflexions pour une remarque lol. Je ne crois pas vouloir changer celle que je suis, j'aime ma personnalité telle qu'elle est mais peut-être qu'il faudrait que j'apprenne quand même à être plus souple et ça, c'est pas gagné.

Posté par Mistery137 à 17:52 - Me, myself and I (et surtout beaucoup d'L) - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Touchant... Je me reconnais un peu dans ce texte, et je ne suis surement pas la seule...

    Take care <3

    Posté par Skadi, 15 juin 2011 à 20:54

Poster un commentaire